Actions sociales

Actions sociales - Expo santé
Logo Vie & Santé retour

PLAN DE 5 JOURS

Lien vers le site NL Vijfdagenplan

Pourquoi cesser de fumer ?

Le procès du tabac n'est plus à faire. Selon le C.R.I.0.C., il tue prématurément en Belgique 18.500 fumeurs chaque année, soit 50 par jour. Il est donc, de loin, la première cause de décès prématurés évitables.

Un fumeur sur deux décède à la suite d'une des nombreuses maladies directement dues au tabagisme, ce qui réduit son espérance de vie moyenne à 69 ans. Le tabac, en quelque sorte annule tous les acquis de la médecine et de la chirurgie au cours du 20ème siècle.

Le tabac multiplie par deux les décès dus à l'ensemble des cancers. Il est responsable d'une journée lit-hôpital sur trois et d'une bonne part des journées d'absence au travail pour maladies diverses, essentiellement des problèmes d'ordre respiratoire souvent très invalidants tels que bronchites chroniques, emphysème, cancer bronchique ou liés au système cardio-vasculaire ( artérite oblitérante, infarctus du myocarde problèmes cérébraux).

Mais savez-vous que le tabac peut aussi nous rendre laids ? En effet, la fumée et le goudron imprègnent la peau, se faufilent dans les pores favorisant l'apparition de comédons. L'épiderme se déshydrate et le teint devient maussade. Les vaisseaux sanguins sont également moins bien oxygénés à cause du tabac. La peau est fragilisée et se ride plus vite, surtout autour de la bouche, et la fumée assèche les yeux, attention aux lentilles. Quelques raisons supplémentaires pour cesser de fumer.

Et pourtant, dans la seule Union économique belgo-luxembourgeoise, on a dépensé, chacune de ces dernières années, 2,73 milliards d'Euros, soit 110 milliards de FB rien qu'en achat de cigarettes, à quoi il faudrait ajouter le prix du tabac brut. C'est payer cher pour une dépendance ... un esclavage soigneusement programmé par les chercheurs au service des producteurs de cigarettes qui ont ciblé parmi leurs victimes prioritaires les adolescents, le tiers-monde et les pays de l'Est.

Origine du Plan de 5 jours

Mais comment se libérer ? Il n'y a pas, dans ce domaine, de recettes miracles. Certes, le corps médical dispose aujourd'hui de divers substitutifs qui apportent une aide appréciable (gommes, comprimés, Sprays, timbres, …) mais qui suffisent rarement à conduire à un arrêt durable s'ils ne sont pas accompagnée d'un soutien psychologique compétent.

Dès 1959, une méthode originale, le Plan de 5 jours, a pu être créée, expérimentée et diffusée d'abord aux Etats-Unis. Sa création est la conséquence des réactions suscitées par un film produit en 1954, "Un sur 20.000" tourné sous les auspices de l'International Temperance Association, et montrant l'ablation d'un cancer du poumon chez un fumeur. E. J. Follcenberg, pasteur et psychologue et le Docteur Wayne Mac Farland, de la Faculté adventiste de Médecine de Loma Linda (USA) deux hommes animés d'une égale bonne volonté au Service d'autrui, mirent au point un programme d'action. Leur connaissance de l'être humain devait merveilleusement Servir leur dessein et, en 1959, le résultat de leurs travaux prit le nom de Plan de 5 jours. Pourquoi cette appellation ? D'abord parce qu'il s'agit d'un plan à suivre pendant cinq jours. Ensuite parce que l'expérience devait démontrer que c'est le laps de temps nécessaire pour dépasser le stade des perturbations dues au "manque" lors d'un sevrage radical et pour commencer à ressentir les bienfaits liés à un nouveau mode de vie. Une séance de consolidation est toujours prévue 10 à 15 jours après le Plan.

Des Etats-Unis, cette méthode passa au Canada, en Amérique du Sud, en Australie, puis, en Europe, dans la plupart des pays. En France et en Suisse, c'est en 1964 qu'elle fut expérimentée pour la première fois, en l'occurrence à St Etienne et à Genève, avec des résultats encourageants. En Belgique, la méthode était expérimentée avec succès dès 1966, mais c'est en 1969 qu'elle prit un essor tout particulier lorsque le directeur général de la Croix-Rouge de Belgique a pris l'initiative d'accueillir le Plan de 5 jours dans les locaux de la vénérable institution. Il s'y est déroulé pendant de nombreuses années.

Pendant près de 20 ans, le Plan de 5 jours a constitué le moyen par excellence pour cesser de fumer et, grâce aux dizaines de milliers de fumeurs qui y ont pris part, il a largement contribué à réduire de moitié le nombre des fumeurs en Belgique.

Après quelques années où l'apparition d'autres méthodes a quelque peu éclipsé le Plan de 5 jours, il retrouve aujourd'hui un nouvel essor dans diverses villes de notre pays, particulièrement en milieu hospitalier. Les informations qui y sont données et les techniques employées sont régulièrement mises à jour en fonction de l'évolution de la connaissance du problème.

Une évaluation faite par l'APES dépendant de l'Université de Liège en 1991 et financée par la Communauté Française, qui pendant plusieurs années a subsidié le Plan de 5 jours, a confirmé l'évaluation faite spontanément par l'Ecole de Santé Publique de l'Université de Bruxelles (ULB) en 1981 : 12 à 18 mois après le Plan, 37 % des participants ne fument plus, et la plupart ont constaté avoir contribué a ce que des fumeurs de leur entourage suivent leur exemple.

Méthode

Il s'agit d'une psychothérapie en groupe réclamant le présence d'un auditoire de bonne volonté pendant cinq soirs consécutifs. Un ou deux animateurs conduisent la session (1 h.30 à 2 heures).

  1. Cette méthode comporte un premier élément : l'information. Beaucoup de personnes sont maintenant au courant des dangers liés au tabagisme, mais elles le sont souvent imparfaitement. Cette information est donnée à l'aide de chiffres, de statistiques, mais surtout de moyens audio-visuels.
  2. Au cours de ces sessions de groupe, l'action se situe à un double niveau, physiologique et psychologique, car l'expérience prouve que seul l'ensemble de ces deux éléments est capable d'obtenir une victoire qui ne soit pas éphémère. Le Plan de 5 jours, non seulement renforce le désir de ne plus fumer, mais, par le fait qu'il réunit un bon nombre de personnes animées d'un même désir, donne à la plupart l'audace de rompre sur le champ avec la cigarette pour reconstruire un nouveau comportement avec une gestion saine de leur potentiel physique et psychique.
  3. Un ou des médecins, ou encore un animateur spécialement formé aident à comprendre comment maîtriser les problèmes liés au sevrage, et ce que l'on peut attendre de positif dans un prochain avenir.
  4. L'animateur du groupe, de son côté, a un triple rôle :

    • fortifier la confiance de l'auditoire en précisant la nature, les limites et le bon usage de la volonté.
    • montrer l'importance des relations psychosomatiques et indiquer les techniques propres à lutter contre l'habitude de fumer en évitant les situations "pièges".
    • établir, par quelques techniques de la dynamique de groupe, des relations permettant à l'ex-fumeur de s'exprimer, d'échanger avec les autres membres du groupe ses difficultés, ses encouragements, ses victoires. Il met particulièrement en évidence l'importance des facteurs familiaux, sociaux, idéologiques ou spirituels et l'aide qu'ils peuvent apporter.

  5. Un carnet est remis à chaque participant qui le désire : il devient son livre de bord pendant les cinq jours. Le participant y trouve rappelé l'essentiel des informations recueillies, les menus conseillés et le programme de la cure journalière. Il peut y noter ses symptômes et divers renseignements. Il y trouve aussi une série de tests qui lui donneront l'occasion de personnaliser davantage l'expérience. Ce carnet est cédé au prix coûtant soit 8,00 euros. Une partie des feuillets agrafés dans un système de fermeture à pression, lui est remise chaque soir pour le lendemain.

Lien avec le Fonds des Affections Respiratoires, FARES asbl

Programmation

Le Plan de 5 jours est programmé en France, en Belgique et dans les pays francophones par la Ligue Vie et Santé (ASBL). Les collectivités, les entreprises et les établissements qui désirent bénéficier d'un Plan de 5 jours doivent écrire à la Ligue Vie & Santé, rue Ernest Allard 11 à 1000 Bruxelles, ou téléphoner au 02 511 36 80.

L'action de la Ligue et de ses membres est bénévole. Leur motivation est de venir en aide à leurs semblables. La cure est gratuite, mais une libre participation aux frais de fonctionnement du Plan de 5 jours est suggérée aux participants à la fin du stage.

Toute personne désirant être avisée lorsqu'un Plan de 5 jours sera organisé près de chez elle peut écrire ou téléphoner à la Ligue Vie et Santé rue Ernest Allard à 1000 Bruxelles téléphone 02 511 36 80 ou 02 374 21 29.